• lauresapey-naturopathe

La maladie de Lyme

Mis à jour : 5 août 2019

Les maladies à tiques sont en augmentation en France et dans toute l'Europe. Le manque de surveillance et d'information rend difficile l'évaluation de l'ampleur du phénomène.




📌 LES 2 GRANDES FAMILLES DE TIQUES

• les Ixodidae ou tiques dures (80% des espèces dans le monde) qui possèdent une plaque dure sur leur dos et qui ont ont un cycle de vie triphasique : chaque stade recherche un hôte vertébré différent, le pique, s’y attache et prend un repas sanguin unique. Leur piqûre est en règle indolore et peut passer inaperçue. Les tiques dures sont le plus souvent exophiles, vivant dans des biotypes ouverts : forêts, pâturages, savanes, prairies, steppes, ...

Les principales Ixodidae sont du genre: Ixodes, Rhipicephalus, Dermacentor, Amblyomma ou Hyalomma, agents des rickettsioses à tiques, de la maladie de Lyme, de l’erlichiose, ...

• les Argasidae ou tiques molles qui présentent un tégument mou dépourvu de plaque dure sur le dos. Les tiques ont trois stades de développement actif : larve, nymphe et adultes mâle et femelle. Il existe plusieurs stades nymphaux avant la métamorphose en adultes. Les Argasidae habitent en général des zones sèches et ont une résistance exceptionnelle à la dessiccation et au jeûne. La plupart des espèces sont endophiles et vivent dans des habitats protégés comme les terriers ou les nids. Les maladies transmises par ces tiques sont limitées. Chez certaines espèces, la piqûre est douloureuse.

Les principales tiques molles sont du genre Ornithodorus, agent des fièvres récurrentes.



🦠🔍 LES DIFFERENTES MALADIES TRANSMISES PAR LES TIQUES

💥 Les rickettsioses à tiques:

dues des bactéries intracellulaires, qui sont transmises à l’homme par des tiques. L’existence d’une escarre d’inoculation a donné le nom de « fièvre boutonneuse » à certaines d’entre elles qui seront accompagnées de fièvre et d'une éruption. L’épidémiologie des rickettsioses à tiques est directement liée aux tiques vectrices qui sont des tiques dures.

💥 Les Ehrlichioses et l’Anaplasmose :

Ce sont des maladies apparentées aux rickettsioses dues à des bactéries intracellulaires, transmises par piqûre de tiques. Ces bactéries parasitent les cellules du système réticulo-endothélial et occasionnent des syndromes fébriles.


💥 Les Borrelioses à tiques :

a) Les fièvres récurrentes à tiques sont des maladies transmises par des Argasidae du genre Ornithodorus qui vivent dans les terriers des rongeurs (tiques nidicoles), certaines dans les habitations domestiques (tiques domestiques).

b) La maladie de Lyme est une zoonose due à des spirochètes du genre Borrelia. Le réservoir est représenté par des rongeurs sauvages. Elle est transmise d’animal à animal et éventuellement à l’homme par des piqûres de tiques dures, du genre Ixodes (I. ricinus, I. scapularis, I. pacificus, I. persulcatus).

L’agent pathogène est Borrelia burgdorferi, identifié en 1982, complexe d’une dizaine d’espèces, dont trois sont pathogènes pour l’homme : B. burgdorferi s.s. surtout rencontrée en Amérique du Nord ; B. garinii et B. afzelli en Europe. Il existe de nombreuses borrélioses dues à des espèces variées de Borrelia. Les co-infections avec d’autres bactéries ou parasites (Anaplasma, Bartonella, Ehrlichia, Neoehrlichia, Babesia, etc.) sont possibles.


💥 La fièvre Q : Zoonose cosmopolite atteignant principalement les personnes travaillant avec les animaux. L’infection est due à une bactérie intracellulaire Coxiella burnetii. La voie aérienne par l’inhalation d’aérosols est une voie d’inoculation importante (litières, poussières d’étables ou de bergeries).


💥 Les encéphalites à tiques : Ce sont des anthropozoonoses dues à des arbovirus TBEV (Tick-Borne Encephalitis Virus ). Les encéphalites à virus TBE sont asymptomatiques dans 2/3 des cas. Les signes cliniques apparaissent 7 à 14 jours après la morsure de la tique. La maladie évolue en deux phases : une première phase peu spécifique à type de syndrome pseudo-grippal avec fièvre, céphalées, myalgies, anorexie, signes digestifs, suivie après 2 à 8 jours, dans 5 à 30% des cas, de la deuxième phase caractérisée par des signes de méningite ou de méningo-encéphalite avec paralysie des membres, atteintes des nerfs crâniens, radiculite, myélite, syndrome confusionnel, troubles psychiatriques. L’encéphalite à tiques est une infection en extension, notamment dans l’est de la France métropolitaine.

💥 Les fièvres hémorragiques transmises par les tiques sont des arboviroses caractérisées par un syndrome fébrile avec troubles hémorragiques. Le virus circule actuellement avec une intensité particulière en Iran, dans le sud de la Russie, en Albanie, Bulgarie, Grèce, Kosovo et en Turquie.


💥 Les hémosporidioses sont des infections provoquées par des spirochètes parasites des hématies (=Globules Rouges) des vertébrés et de l’homme évoluant chez un arthropode vecteur. Deux hémosporidoses sont transmises par des tiques : la babésiose et la theilériose.

💥 Les paralysies à tiques sont dues à des neurotoxines qui causent des paralysie des membres inférieurs à caractère ascendant et entraînent des paralysies des muscles respiratoires. Présentent en Amérique du nord, Australie et Afrique du sud. Il existe un anti-venin disponible en Australie. En pratique, il faut retirer la ou les tiques et la symptomatologie disparaît en 1 à 2 jours.



🔬 LA MALADIE DE LYME

👉 Définition

La borréliose de Lyme est une maladie infectieuse, non contagieuse, causée par une bactérie du complexe Borrelia burgdorferi senso lato transmise à l’homme par piqûres de tiques dures du genre Ixodes, infectées (1).


⚠️ Evolution de la maladie et complications possibles

La maladie de Lyme évolue en trois phases (2):

La première phase cutanée correspond à l’Erythème Chronique Migrant (ECM), localisé au point d’inoculation mais inconstant, survenant une à trois semaines après la morsure de la tique et guérissant spontanément. L’ECM réalise une plaque rouge qui s’élargit progressivement sous forme de cercle à partir du lieu de piqûre, la peau redevenant normal au centre, réalisant un aspect en « cocarde ».

La phase secondaire se traduit par des atteintes neuro-méningées et articulaires. Cette phase peut se manifester sous différentes formes comme des manifestations neurologiques, prédominantes en Europe (atteintes méningées, atteintes des nerfs crâniens, en particulier du nerf facial, atteinte des nerfs périphériques à type de méningo-radiculite sensitive, des atteintes du système nerveux (encéphalite, méningo-encéphalite) ; des manifestations articulaires : arthralgies, arthrites plus fréquentes aux Etats-Unis ; des manifestations cardiaques (troubles du rythme ou de la conduction, insuffisance cardiaque).

La phase tertiaire, caractérisée par une longue évolution en l’absence de traitement, pose de difficiles probleèmes de diagnostic, les manifestations cliniques pouvant être très polymorphes: lésions cutanées, sous forme d’une acrodermatite chronique atrophiante (inflammation diffuse du tissu cutané atteignant électivement les extrémités), mais aussi plaques ou des bandes violacées parfois scléreuses, patchs érythémateux distincts des uns des autres, nodules fibreux. En phase tertiaire sont également retrouvées: arthrites chroniques, manifestations neurologiques (encéphalopathie chronique, méningite chronique, polynévrites ou multinévrites). Le Liquide Céphalo-Rachidien (LCR) est fréquemment altéré. (2)



🛠 SE PROTEGER, ALERTER

🛡Chez l’homme, la prévention des piqûres associe le port de vêtements adaptés et l’utilisation de répulsifs à base de DEET sur la peau exposée et le traitement des vêtements par des acaricides de contact à base de perméthrine. Il est conseillé dans la mesure du possible d'éviter les zones à risque (utilisation de chemins balisés dans les activités de loisirs en forêt) et les contacts avec les animaux.


🔖 Conduite à suivre en cas de morsure de tique

Retirer immédiatement la tique avec un tire-tique sans la presser et sans appliquer au préalable de produit. Il est important de s'observer régulièrement afin de retirer la tique le plus tôt possible ce qui limitera les risques de transmission d’un germe (corrélé avec la durée d’attachement qui est en général de 24 à 48 heures). Après extraction, une destruction de la tique et une désinfection du lieu d’insertion par un antiseptique doit être réalisée.

Si la tique n’est pas gorgée de sang, en l’absence de réaction cutanée, et en l’absence de fièvre, théoriquement, on ne prescrit pas d’antibiotiques (sauf si grossesse, enfant de moins de 8 ans, sujet immunodéprimé, en zone endémique). Il est essentiel de surveiller la zone de la morsure pendant au moins un mois et de consulter si apparition d’une rougeur, ou apparition de fièvre, de douleurs, d’une fatigue anormale ou de symptômes bizarres dans les mois qui suivent.

Si la tique est gorgée de sang, une antibiothérapie peut être prescrite par votre médecin traitant.


⚠️💊 En cas de réaction cutanée, ou d’apparition d’une fatigue ou de fièvre, il est nécessaire de consulter rapidement votre médecin traitant pour mettre en place une antibiothérapie (doxycycline, amoxycilline, ceftriaxone (Rocephine®),... qui sont choisit selon les situations cliniques. En savoir plus) pour une durée de trois semaines selon les recommandations officielles, mais 4 à 6 semaines.

Pour votre information, suite à une morsure récente de tique, une demande de confirmation par sérologie (prise de sang) n’est pas recommandée car il faut un certain temps pour que l’organisme fabrique des anticorps..


✅ En cas de morsure de tique avec ou sans manifestation de rougeur, vous pouvez déclarer celle-ci sur l'application "signalement tique" à télécharger sur votre smartphone. Par ailleurs, vous pouvez également vous rendre sur le site internet suivant afin de participer à la grande enquête sur l'évolution de la présence des tiques sur le territoire français: Participer à l'enquête


✅ Vous trouverez sur le site de la Fédération Française des Maladies Vectorielles à Tiques (FFMVT) un questionnaire de dépistage (attention celui-ci est diffusé à titre INFORMATIF et ne remplacer un diagnostic) : Questionnaire de dépistage



📚 SOURCES / POUR EN SAVOIR PLUS

(1) https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=465

(2) http://medecinetropicale.free.fr/cours/maladie-tique.pdf

(3) http://ffmvt.org

(4) https://francelyme.fr/mediatiques/la-maladie-de-lyme/borrelia/

Cet article est un condensé des articles ci-dessus. Si vous souhaitez avoir plus de détails, je vous invite à aller directement sur les sites de la FFMVT et de FranceLyme qui sont des sites de références dans ce domaine.